Socle commun et coopération, une évidence!

Vous êtes ici

(Seconde partie)

Socle commun et coopération, une évidence! (Seconde partie)

A quoi peut servir l’accumulation de connaissances si on ne sait pas les réutiliser « pour de vrai » ?

Les connaissances isolées sont vaines si elles n’ont pas l’occasion d’être mises en synergie pour effectuer des tâches complexes.
L’instauration d’un « Socle commun de connaissances et de compétences» est une très bonne idée, à condition de bien saisir ce qu’apporte d’innovant, dans l’organisation des apprentissages, la référence aux compétences.

Etre compétent, en effet, c’est être capable de mobiliser des ressources (savoirs, savoir-faire, savoirêtre) pour réaliser des projets, résoudre des problèmes, se confronter à des situations proches de celles que l’on peut rencontrer dans la vie et qui donnent du sens aux apprentissages. C’est ce qu’a toujours proposé, plus ou moins explicitement, la pédagogie coopérative !

D’où cette affirmation « Socle commun et coopération, une évidence» démontrée dans la première partie de ce dossier, traitée dans le numéro précédent et renforcée par cette seconde partie abordant les piliers 4, 5, 6 et 7 du socle à travers les actions impulsées par l’OCCE et ses Associations départementales. Lire et écrire des images, Théâ, Ecoles qui folkent, Séjours autogérés… autant d’occasions pour les élèves de se construire des compétences dans de multiples domaines et dans un esprit coopératif qui ne peut que favoriser la réussite de tous.

Michel Duponchel - OCCE 66

 

Infos complémentaires
Type de document
Article de revue
Domaines
Pour les équipes éducatives
Auteur(s)
OCCE
Date
01/01/2010
Mot(s)-clé(s)
pédagogie coopérative
pédagogie institutionnelle