L'histoire de l'OCCE

Vous êtes ici

L'histoire de l'Office Central de la Coopération à l'Ecole au travers de dates marquantes.

 

► 1928 : Création de l'OCCE

Les racines de la coopération sont bien ancrées, il reste à leur donner un statut officiel.

1928 voit la naissance d'un Office Central des Coopératives Scolaires devenu, en 1929, l 'Office Central de la Coopération à l'Ecole. C'est une association nationale, régie par la loi de 1901, dont le Président, le premier de l'OCCE, sera Emile BUGNON.
Les successeurs de ces deux pionniers de la coopération scolaire surent allier ces deux tendances : l'entreprise de production marquée par l'initiation aux problèmes économiques et «l'école organisée socialement» en y ajoutant, avec l'apport de Célestin FREINET, une troisième dimension : la transformation de l'école traditionnelle en une école moderne où les valeurs pédagogiques prennent toute leur importance.
Pour la petite histoire, notons que la première «section départementale» adhérente de l'O.C.C.E. fut celle de l'Indre-et-Loire, en 1930, suivie par la Seine, les Ardennes, la Creuse, l'Yonne, la Haute-Savoie et la Haute-Vienne.
En 1936, Jean ZAY, Ministre de l'Instruction Publique du Front Populaire, adresse aux instituteurs une circulaire pour recommander la coopération scolaire dans les classes primaires.
L'Office, qui comptait 45 «sections» en 1939, sort exsangue du second conflit mondial. Seuls quelques départements réussissent à garder le contact.
Mais l'intérêt pédagogique de la coopération scolaire n'échappe pas au Directeur de l'Enseignement du Premier Degré (M.BESLAIS) qui n'hésite pas à le rappeler dans une note du 1er avril 1945. Dès l'année suivante, une trentaine de sections se manifestent à nouveau. C'est un départ neuf.

► 1948 : "inspirées par un idéal de progrès humain"

Pour ses 20 ans, en 1948, le congrès de Tours fait sienne la définition de Jean de SAINT-AUBERT :
«Dans l'enseignement public, les coopératives scolaires sont des sociétés d'élèves gérées par eux avec le concours des maîtres en vue d'activités communes. Inspirées par un idéal de progrès humain, elles ont pour but l'éducation morale, civique et intellectuelle des coopérateurs par la gestion de la société et le travail de ses membres.»
Cette définition a traversé les décennies, sans prendre une seule ride.

► 1948 à nos jours : l'OCCE est reconnue d'utilité publique et devient une Fédération

  • 1957 voit la naissance de «AMIS-COOP», un journal destiné aux enfants, le pendant de la «Revue de la Coopération Scolaire » destinée aux adultes.
  • 1961 sera marqué par l'organisation du premier congrès des jeunes coopérateurs. Au cours des années 60, par le biais d'échanges de jeunes et d'enseignants coopérateurs, l'O.C.C.E. prend une dimension internationale.
  • 1968 : reconnaissance d'utilité publique de l'Office Central de la Coopération à l'Ecole.
  • 1976 : création du bimestriel pédagogique «Animation & Education». Il compte aujourd'hui, plus de 50.000 abonnés.
  • 1978 : déclaration : «La coopérative scolaire est une association d'enfants, d'adolescents et de membres de l'enseignement public, coopérant à l'entreprise éducative avec les parents, les femmes et les hommes qui constituent l'environnement social de l'école».
  • En 1988, à Tours, l'Office Central de la Coopération à l'Ecole change de statuts et devient une Fédération. Les 101 associations départementales deviennent désormais des entités juridiques.

► Aujourd'hui : près de 5 millions d'adhérents

À voir