animation & Education 275

Vous êtes ici

Un agenda coop pour apprendre autrement

La société élitiste, individualiste et inégalitaire actuelle pousse un certain nombre d’individus à la violence comme seule affirmation de soi ! Que peut l’école pour y remédier ? La marge de manœuvre de ses acteurs est souvent réduite, contrainte par nombre d’injonctions, par les programmes, les doléances des parents, les dotations horaires, les règles sécuritaires, les réformes éphémères… Or, même s’ils ne peuvent pas tout, l’École et ses acteurs doivent au moins, comme le précise le sociologue Aziz Jellab, « outiller les élèves à travers le partage d’expériences, la responsabilisation et l’apprentissage de la coopération »(1).
L’agenda coopératif, outil pédagogique créé par l’Office central de la coopération à l’école (OCCE) en 2005(2), porte cette ambition. Il aspire à installer un climat positif propice aux apprentissages en proposant aux enseignants des situations coopératives qui permettent de travailler avec leurs élèves, au quotidien, l’estime de soi et des autres, l’apprendre ensemble et les habiletés coopératives.
Objet de ce dossier, l’étude de cet outil pédagogique est aussi prétexte à interroger la relation entre climat scolaire, rapport aux savoirs et démarches pédagogiques et à en montrer l’impact sur l’attitude des élèves et leur motivation à apprendre. Elle vise à questionner les objectifs de l’agenda coopératif : favorise-t-il l’installation d’un climat propice aux apprentissages ? Permet-il aux élèves d’acquérir une meilleure estime d’eux-mêmes et des autres ? Aide-t-il les apprenants à travailler efficacement ensemble pour parvenir à une plus grande autonomie dans leurs apprentissages ? Comment ? Et surtout, à quelles conditions sa pratique porte-t-elle de tels fruits ?
Si les nombreux témoignages s’accordent, en effet, sur ses qualités et sa portée bénéfique, ils soulèvent toutefois la réserve forte que « le meilleur des outils n’est rien s’il n’est pas utilisé dans l’esprit dans lequel il a été conçu »(3). Dans l’esprit des concepteurs, l’agenda a été envisagé comme un programme qui s’inscrit dans la durée et qui construit, jour après jour, un esprit de solidarité, de respect, se substituant au chacun pour soi et au climat d’opposition, de compétition et de tension. Sa pratique doit être régulière, menée en cohérence avec d’autres situations d’apprentissages et alimentée d’une réflexion des praticiens sur leurs approches pédagogiques et leur posture professionnelle. Comme nombres d’outils, l’agenda s’avère plus efficace accompagné d’une formation.
Marie-France Rachédi

  1. Voir article « Climat scolaire et rapport aux savoirs. Une relation cruciale pour favoriser les apprentissages » pages 16 à 18.
  2. D’abord pour le cycle 3 puis décliné les années suivantes pour le cycle 2 et le cycle 1. Voir le site dédié http://www.occe.coop/agenda/
  3. Voir interview de deux cofondatrices de l’agenda, Claire Penet et Rozenn Thomas, pages 14 et 15.